Delphine Bruno Psychanaliste Orange Caderouse

Membre de la Fédération
Freudienne De Psychanalyse

PSYCHANALYSTE

Adulte - Adolescent
Enfant - Couple

ACCOMPAGNEMENT

de l'enfant, l'adolescent
Haut potentiel et de sa famille

Située à Caderousse, dans le Vaucluse

Psychanalyse thérapeute Orange Caderousse

À quelques kilomètres d’Orange et d’Avignon, se trouve mon cabinet de psychanalyse, un lieu paisible pour vous aider et écouter votre histoire. parking sur place

Je m’appelle Delphine Bruno Lamberto, psychanalyste certifiée par la Fédération Freudienne de Psychanalyse depuis 2011.  Ma pratique s’articule autour d’une conviction essentielle : chaque thérapie est une rencontre unique, un partenariat entre le thérapeute et le patient, fondé sur la confiance, le respect, l’empathie et la confidentialité. Notre premier contact sera l’occasion de découvrir votre histoire, votre problématique, vos symptômes, grâce à votre parole et aux questions que je pourrais poser. À la suite de cette première rencontre, je serai en mesure de vous proposer un suivi  adapté à vos besoins et à vos désirs.

Ma pratique se veut inclusive et ouverte à tous. Que vous soyez adultes, couples, adolescents, ou enfants, vous trouverez un espace d’écoute et de soutien. En plus de ces services, je propose également des séances de supervision destinées aux professionnels de la santé, leur offrant un cadre pour réfléchir à leur pratique et continuer à se développer professionnellement.

Je mets aussi un point d’honneur à offrir un Accompagnement pour Enfants et Adolescents à Haut Potentiel ainsi que pour leurs Familles, afin de les aider à naviguer face aux défis uniques que présente cette particularité et à transformer leur potentiel en véritable force.

Pourquoi consulter un psy ?

Dans un monde en perpétuelle évolution, le stress et l’anxiété font malheureusement partie du quotidien pour beaucoup d’entre nous. Face à ces défis, il est essentiel de prendre soin de sa santé mentale. C’est là que l’aide d’un psychanalyste peut être précieuse. Pourquoi consulter un psy ? La réponse est vaste, mais je vais essayer de vous donner quelques idées.

Voyons la psychanalyse comme une forme de cartographie intérieure. Elle permet d’explorer les recoins de notre psyché pour en comprendre les dynamiques et les mécanismes. Consulter un psy vous offre une occasion unique de comprendre ce qui se passe en vous. C’est une exploration fascinante et révélatrice de soi, par soi-même, mais avec un guide bienveillant et compétent.

L’un des principaux avantages de consulter un psy est l’écoute empathique et sans jugement que vous recevrez. Il s’agit d’un espace sûr où vous pouvez exprimer vos pensées et sentiments les plus profonds, souvent inexprimés ailleurs. C’est un lieu de parole libérée qui favorise la catharsis, un apaisement par l’expression de ses ressentis.

Un autre aspect essentiel est la découverte et la résolution des problèmes sous-jacents. Nous portons tous en nous des blessures, des traumas ou des schémas de pensées néfastes qui nous empêchent de vivre pleinement notre vie. Le psy, grâce à son expertise, peut vous aider à identifier et à travailler sur ces problématiques.

La consultation d’un psy peut aussi vous aider à développer des compétences et des stratégies d’adaptation pour faire face à la vie et à ses défis. Que ce soit pour gérer le stress, l’anxiété, la dépression ou les relations difficiles, votre thérapeute peut vous fournir des outils précieux pour naviguer dans la tempête.

Consulter un psy n’est pas un signe de faiblesse, mais bien un acte de courage. Il faut du courage pour se confronter à ses démons intérieurs, pour oser regarder en soi, pour prendre soin de soi. Et pourtant, c’est une démarche qui peut vous apporter une véritable transformation et une paix intérieure durable.

Elle s’adresse aux personnes qui veulent découvrir les causes de leur difficulté. C’est l’exploration et l’investigation du psychisme humain.

Cette thérapie permet d’accompagner les personnes traversant une période difficile, douloureuse.

Thérapie s’adressant aux personnes désireuses de trouver ou de retrouver une vie sexuelle agréable, satisfaisante et épanouissante.

La thérapie de couple s’adresse aux personnes qui rencontrent des difficultés dans leur vie de couple.

La supervision s’adresse à des professionnel(le)s de la relation d’aidequi accompagnent des transformations humaines individuelles ou collectives.

Accompagnement sur-mesure pour enfants et adolescents à haut potentiel et leurs familles 

    06 12 08 38 63
    d.lamberto@laposte.net

    Adresse : 2169 Route des Cabanes, 84860 Caderousse
    GPS : 44.1024068269734, 4.733311955646694

    Questions fréquentes

    • Addictions
    • Troubles Alimentaires
    • Angoisse, Anxiété
    • Stress
    • Dépression
    • Hypersensibilité
    • Phobies
    • Troubles obsessionnels
    • Séparation
    • Rêves, cauchemars
    • Difficultés sexuelles
    • Estime de soi
    • Burn out
    • Difficultés relationnelles
    • Traumatismes
    • Périnalité

    La liste de toutes les souffrances psychiques rencontrées chez l’individu serait bien trop longue à établir mais toutes peuvent se verbaliser au thérapeute qui est à votre écoute.

    Un des clichés les plus persistants concernant la psychanalyse est l’image du thérapeute silencieux, écoutant attentivement sans jamais intervenir. Cependant, la réalité est beaucoup plus nuancée. Alors, qu’en est-il vraiment ? Le psychanalyste parle-t-il ?

    Tout d’abord, il est crucial de comprendre que le silence a une fonction importante en psychanalyse. Il crée un espace pour l’expression du patient et favorise l’émergence de pensées et de sentiments qui peuvent autrement rester enfouis. De plus, le silence du thérapeute peut aider à éviter toute influence indue sur le processus analytique du patient.

    Cependant, cela ne signifie pas que le psychanalyste reste totalement silencieux. Au contraire, la parole a une place de choix dans la pratique analytique. Mais la manière dont le psychanalyste s’exprime diffère de celle d’autres formes de thérapie.

    La parole du psychanalyste est souvent utilisée de manière judicieuse et réfléchie. Plutôt que d’offrir des conseils directs ou des interprétations hâtives, le psychanalyste peut utiliser sa parole pour encourager l’exploration continue, la réflexion et la prise de conscience. Cela peut se faire par le biais de questions ouvertes, de reformulations ou de commentaires qui réfléchissent les sentiments et les pensées du patient.

    Un autre aspect important de la parole du psychanalyste est l’interprétation psychanalytique. Après avoir écouté attentivement et évalué le matériel présenté par le patient, le psychanalyste peut offrir des interprétations qui mettent en lumière les motifs inconscients, les conflits et les désirs qui sous-tendent les pensées, les sentiments et les comportements du patient. Ces interprétations peuvent aider le patient à mieux comprendre lui-même et à résoudre ses conflits internes.

    En conclusion, bien que le psychanalyste puisse sembler silencieux par rapport à d’autres professionnels de la santé mentale, sa parole est un outil précieux dans le processus thérapeutique. Utilisée avec soin et réflexion, la parole du psychanalyste peut aider à éclairer l’inconscient, à faciliter la prise de conscience et à soutenir le cheminement vers la guérison et la croissance. Ainsi, oui, le psychanalyste parle, mais il le fait d’une manière qui respecte et valorise le processus analytique unique de chaque patient.

    Lorsqu’on parle de psychanalyse, une question qui se pose souvent est : « Comment cette approche thérapeutique facilite-t-elle la guérison ? » Pour répondre à cette question, il est essentiel de comprendre les principes fondamentaux de la psychanalyse.

    La psychanalyse, fondée par Sigmund Freud, est une forme de psychothérapie qui se concentre sur l’exploration de l’inconscient. Selon cette perspective, bon nombre de nos pensées, comportements et sentiments sont motivés par des éléments inconscients formés à partir de nos expériences passées.

    La guérison en psychanalyse est un processus qui implique plusieurs étapes. Elle commence par la création d’un espace sûr et non jugeant dans lequel le patient peut exprimer librement ses pensées et ses sentiments, aussi confus ou embarrassants soient-ils. Cette expression libre, appelée « libre association », permet l’émergence de matériel inconscient.

    Au fur et à mesure que les sessions progressent, le psychanalyste aide le patient à identifier et à explorer les schémas récurrents dans ses pensées, ses sentiments et ses comportements. Ce processus d’examen peut aider à mettre en lumière les conflits internes et les motifs inconscients qui peuvent contribuer à la souffrance du patient.

    L’étape suivante est l’interprétation. C’est là que le psychanalyste offre des perspectives qui peuvent aider le patient à comprendre la signification sous-jacente de ses expériences. Ces interprétations peuvent aider le patient à développer une nouvelle compréhension de lui-même et de ses relations avec les autres.

    Une autre caractéristique importante de la psychanalyse est le transfert, où le patient peut projeter sur le thérapeute des sentiments et des attentes issus de relations passées. En travaillant sur ces sentiments transférés, le patient peut résoudre les conflits non résolus et améliorer ses relations présentes et futures.

    Enfin, le but ultime de la psychanalyse n’est pas seulement de soulager les symptômes, mais de favoriser un changement durable dans la façon dont le patient se comprend et interagit avec le monde. Cette transformation interne peut mener à une amélioration de la santé mentale, à une plus grande satisfaction dans les relations et à une capacité accrue à faire face aux défis de la vie.

    En résumé, la psychanalyse guérit en aidant les individus à explorer et à comprendre leur inconscient, en résolvant les conflits internes et en favorisant un changement psychique profond. C’est un processus complexe et profondément personnel qui nécessite du temps et de l’engagement, mais qui peut mener à une guérison durable et significative.

    Lorsqu’on envisage de commencer une thérapie, une des premières questions qui vient à l’esprit est souvent : « Combien de temps cela va-t-il durer ? ». Cette question est tout à fait compréhensible, car l’engagement dans un parcours thérapeutique implique du temps, de l’énergie et parfois des ressources financières. Toutefois, la réponse à cette question n’est pas simple. En effet, la durée d’une thérapie dépend de nombreux facteurs, y compris le type de thérapie choisie et les besoins individuels de chaque patient.

    Psychanalyse : En psychanalyse, le processus thérapeutique peut durer de plusieurs mois à une année ou plus. C’est une exploration approfondie de l’inconscient qui requiert un engagement à long terme de la part du patient. C’est cet engagement qui permet une compréhension profonde et un changement durable.

    Psychothérapie de soutien : La psychothérapie de soutien, en revanche, est souvent de plus courte durée. Cette forme de thérapie vise à aider le patient à gérer les symptômes et à améliorer le fonctionnement quotidien. Elle peut durer de quelques semaines à quelques mois.

    Sexothérapie : La sexothérapie, une thérapie centrée sur les problèmes sexuels et intimes, a généralement une durée plus courte, allant de quelques semaines à quelques mois, en fonction de la complexité des problèmes traités.

    Thérapie de couple : La thérapie de couple peut varier considérablement en durée, de quelques séances à plusieurs mois. Cela dépend de la nature des problèmes de la relation et de l’engagement du couple à travailler ensemble pour les résoudre. Les séances sont généralement hebdomadaires ou bimensuelles.

    L’idée que la psychanalyse est réservée aux adultes est une idée reçue largement répandue. Cependant, en réalité, il n’y a pas d’âge spécifique pour commencer une psychanalyse. L’essence de la psychanalyse, qui est d’explorer et de comprendre l’inconscient, est applicable à tout âge, avec des approches adaptées en fonction des différentes phases de la vie.

    Psychanalyse chez les enfants

    Les enfants peuvent bénéficier d’une forme adaptée de psychanalyse, généralement appelée psychothérapie psychanalytique. Les techniques spécifiques peuvent varier, mais elles impliquent généralement des activités ludiques telles que le dessin, le jeu avec des jouets, ou la narration d’histoires. Ces activités permettent à l’enfant d’exprimer ses pensées et ses sentiments de manière symbolique, ce qui peut être plus facile et plus naturel pour lui que la conversation verbale directe.

    Psychanalyse chez les adolescents

    Les adolescents peuvent également bénéficier de la psychanalyse. Cette période de transition intense entre l’enfance et l’âge adulte peut être marquée par des défis émotionnels, sociaux et identitaires. La psychanalyse peut offrir un espace sûr et confidentiel pour explorer ces problématiques, aider l’adolescent à comprendre ses émotions et à naviguer dans ces changements.

    Psychanalyse chez les adultes

    La plupart des adultes commencent la psychanalyse pour explorer des problèmes spécifiques, tels que l’anxiété, la dépression, des difficultés relationnelles, ou des questions d’identité. Cependant, une psychanalyse peut également être entreprise pour une exploration plus approfondie de soi, indépendamment de la présence de problèmes spécifiques.

    Psychanalyse chez les personnes âgées

    La psychanalyse n’est pas non plus limitée par l’âge supérieur. Les personnes âgées peuvent trouver un intérêt à la psychanalyse pour aider à naviguer dans les défis uniques de cette période de la vie, tels que la retraite, la perte de proches, ou les questions existentielles.

    En conclusion, il n’y a pas d’âge spécifique pour commencer une psychanalyse. Quel que soit l’âge, le plus important est la volonté et la capacité de l’individu à s’engager dans un processus d’introspection et d’exploration de soi.

    La psychologie et la psychanalyse sont deux disciplines distinctes qui partagent un intérêt commun pour la compréhension de la complexité de l’esprit humain et de la dynamique comportementale. Pourtant, elles diffèrent dans leurs approches et leurs méthodes. Voyons en détail ce qui distingue ces deux disciplines.

    La psychologie

    La psychologie est une science sociale qui étudie le comportement humain et les processus mentaux. Cette discipline englobe un large éventail de sous-domaines, tels que la psychologie du développement, la psychologie cognitive, la psychologie sociale, la psychologie clinique, entre autres. Les psychologues emploient une variété de méthodes de recherche empiriques pour observer, décrire, expliquer et prédire le comportement humain.

    La psychologie s’intéresse à de nombreux aspects de l’expérience humaine, depuis le fonctionnement du cerveau jusqu’aux dynamiques des relations sociales, en passant par le développement de l’enfant et les troubles psychologiques. Le travail des psychologues peut impliquer la réalisation de recherches, l’évaluation et le diagnostic de conditions psychologiques, la fourniture de thérapie et de conseils, ou encore la création d’interventions pour améliorer le bien-être et la performance humaine.

    La psychanalyse

    La psychanalyse est une approche théorique et thérapeutique développée par Sigmund Freud à la fin du XIXe siècle. Elle se concentre sur l’exploration de l’inconscient, c’est-à-dire les pensées, les sentiments et les désirs qui sont en dehors de notre conscience mais qui influencent notre comportement et nos émotions.

    Le travail d’un psychanalyste consiste principalement à aider les patients à accéder à ces éléments inconscients et à les intégrer à leur conscience. Pour ce faire, le psychanalyste utilise des techniques spécifiques comme l’association libre (le patient parle librement de ses pensées et sentiments) et l’interprétation des rêves. Le but ultime est de résoudre les conflits inconscients qui peuvent causer des souffrances psychologiques.

    Note importante

    Contrairement à tous les autres « psy » une caractéristique distinctive de la psychanalyse est l’obligation d’effectuer une analyse. Pour devenir psychanalyste, il ne suffit pas d’étudier la théorie et la technique ; il est également nécessaire de passer par sa propre analyse didactique, c’est-à-dire de vivre soi-même le processus de psychanalyse avec un analyste formé. C’est une étape cruciale qui permet au futur psychanalyste de comprendre profondément le processus de l’intérieur, et de résoudre ses propres conflits inconscients qui pourraient interférer avec son travail thérapeutique.

     

    La psychanalyse est une voie d’introspection profonde qui vise à résoudre les conflits intérieurs, souvent inconscients, pour atteindre une meilleure compréhension de soi et améliorer sa qualité de vie. Mais comment savoir si une psychanalyse fonctionne réellement ? Voici quelques indicateurs qui pourraient vous aider à évaluer l’efficacité de votre démarche psychanalytique.

    1. Transformation des schémas de pensée

    La psychanalyse se concentre sur le dévoilement de l’inconscient. Ainsi, un signe de progression est le changement dans les schémas de pensée habituels. Vous pouvez commencer à remarquer une évolution dans votre manière de réagir aux situations, une perspective plus équilibrée, ou une diminution des pensées récurrentes ou envahissantes qui étaient problématiques.

    2. Compréhension accrue de soi-même

    La psychanalyse aide à explorer des parties inconnues de soi. Si vous découvrez de nouvelles facettes de votre personnalité, ou si vous comprenez mieux pourquoi vous agissez ou ressentez certaines choses, alors c’est un signe positif que la psychanalyse fonctionne.

    3. Diminution des symptômes

    Même si la psychanalyse n’est pas une approche symptomatique, une réduction de vos symptômes, tels que l’anxiété, la dépression, ou des comportements compulsifs, peut être un indicateur que le travail psychanalytique commence à porter ses fruits.

    4. Amélioration des relations

    La psychanalyse favorise une meilleure compréhension de nos relations avec les autres. Si vous constatez des changements dans vos relations, comme une meilleure communication, une empathie accrue ou une diminution des conflits, c’est un signe de progrès.

    5. Résilience face aux épreuves

    La psychanalyse ne supprime pas les défis de la vie, mais elle peut aider à y faire face de manière plus résiliente. Si vous constatez que vous gérez mieux les difficultés et les stress de la vie, cela peut être un signe que votre psychanalyse est bénéfique.

    6. Épanouissement personnel

    L’objectif ultime de la psychanalyse est de faciliter un épanouissement personnel plus profond. Si vous ressentez une plus grande satisfaction dans la vie, une capacité à poursuivre vos objectifs avec confiance, ou une acceptation plus complète de vous-même, cela indique que votre psychanalyse est probablement sur la bonne voie.

    Il est important de noter que la psychanalyse est un processus à long terme et qu’il est normal de ne pas observer immédiatement ces signes de progression. Chaque individu est unique, tout comme son processus de psychanalyse. Patience, ouverture et engagement envers le processus sont essentiels pour maximiser les bénéfices de la psychanalyse. Par ailleurs, la supervision régulière avec votre psychanalyste est un excellent moyen d’évaluer vos progrès.

    Retour en haut